Category

Gadgets

Category

Falcon Heavy: la plus puissante des fusées

La fusée la plus puissante au monde, la Falcon Heavy de la compagnie Space X, a dépassé hier d’une manière remarquable le test de son premier lancement.

La société privée américaine Space X, dirigée par le magnat de la Silicon ValleyElon Musk, a pris un pas importante dans sa stratégie de conquête le marché de l’aéronautique. Ce mardi, à 15h45, ils ont lancé la Falcon Heavy, depuis Cape Canaveral (Floride), avec succès.

La fusée a une capacité de charge de 64 tonnes, et sur ce premier vol d’essai, elle a transporté une chose purement symbolique dans une orbite proche autour de Mars: une décapotable rouge de Tesla. Au volant, se trouvait un mannequin habillé en astronaute. 

L’idée de ce test était d’essayer le système de propulsion triple de la Falcon Heavy. Maintenant, le but est que le navire traîne autour du soleil dans une trajectoire qui atteindra l’orbite de la planète rouge.

Le lancement, prévu pour 13h30, a finalement été retardé de plus de deux heures en raison des conditions météorologiques. Elon Musk avait partagé les chances de succès de la mission : 50%. Le moment le plus critique a été le lancement. Après avoir réussi le lancement, la Falcon Heavy était prête à chercher l’orbite autour du soleil. 

Sept minutes et 58 secondes après le décollage, les deux propulseurs latéraux (ou boosters) sont retournés à Cap Canaveral et ont atterri simultanément. Entre-temps, l’étage supérieur de la fusée a continué son voyage au espace extérieur. Minutes après, nous avons pu voir l’image de la voiture et le mannequin -appelé Starman en hommage a David Bowie- dans l’espace avec la Terre passant en arrière-plan, capturée par une caméra que Space X a placé dans la voiture.

La compagnie prévoit d’utiliser la nouvelle fusée pour des lancements en orbite terrestre basse (où se trouve la station spatiale), pour aller sur la lune ou pour explorer le système solaire. Et peut être pour envoyer aux humains à Mars, le rêve le plus ambitieux d’Elon Musk. 

 

 

Des Étudiants à Antwerp ont Construit un Bras Robotique qui Interprète la Langue des Signes

Une équipe d’étudiants de l’Université d’Antwerp, Belgique, a développé un interprète robotique en langue des signes. La première version de la main du robot, appelé Project Aslan, a été imprimée en 3D et il peut traduire du texte en langage des signes. Le but ultime de l’équipe est de construire un robot à deux bras et avec un visage expressif. 

Ce projet fait partie d’une thèse de maîtrise d’étudiants qui voulaient répondre aux besoins des sourds et malentendants. Dans les salles de classe, les tribunaux et à la maison, ces personnes ont souvent besoin d’interprètes, et ils ne sont pas toujours disponibles.

Cependant, l’idée n’est pas d’automatiser la profession d’interprétation gestuelle et remplacer les interprètes, mais d’offrir une solution potentielle et accessible dans les cas où aucun traducteur n’est disponible. 

Project Aslan est sponsorisé par l’Institut Européen d’Oto-rhino-laryngologie, et il consiste en un bras robotique imprimé en 3D avec des doigts articulés, contrôlés par un logiciel dédié. Lorsque l’utilisateur tape du texte dans le logiciel, la main robotique traduit le texte en langue des signes. 

En ce moment, c’est juste d’une seule main ; alors, les gestes à deux mains et les indices d’expressions faciales qui font partie de la langue des signes ne sont pas encore possibles. Mais les deux prochains projets de l’équipe sont de faire une deuxième main coordinatrice et un visage robotique émotif.

Dans sa forme actuelle, le bras Aslan est connecté à un ordinateur qui, à son tour, est connecté à un réseau local. Ce réseau permet aux utilisateurs de partout dans le monde saisir des messages que la main peut ensuite épeler en langue des signes. Le réseau local permet également au robot de rechercher de nouvelles mises à jour dans les langues des signes. 

À mesure que le projet progresse, l’équipe de recherche a annoncé qu’ils veulent de faire les plans pour Aslan open source afin que tout le monde puisse construire le robot.